06 novembre 2006

L'amie des bêtes...ni Brigitte... ni Bougraindubourg...

Après la flore...je ne pouvais laisser la faune pour compte.

Contrairement à Auxerre, Clamecy offre une diversité animale plus commune.

Commençons par cette célèbre phrase:

" Qui de la poule ou de l'oeuf?"

Je ne vous apporterai hélas pas de réponse, et peut être serai-je la cause de votre prochaine insomnie... j'en serai alors vraiment navrée...


Et oui ce sont de vrais oeufs ce n'est pas Pâques avant l'heure, de vrais oeufs pondus par de vraies poules, nourries au vrai blé et picorant de la vraie herbe remplie de vrais insectes!

Ceci était un petit slogan prohibiteur d'oeufs de poules élevées en cage ou en parcour libre!

Ces deux petits oeufs ont été ramassés par deux petites mimines de 4 ans et demi, pas par des mimines de 2ans et demi car sinon ils atteignent plus difficlement la cuisine dans leur coquille,et déposés soigneusement au fond d'une poche de coupe-vent.

Une gentille Mamie les aura daté au crayon à papier, puis déposé dans un petit panier pour les conserver...
mais le soir même, ils seront plongés dans une casserole en ébullition, ressortis au bout de 3 minutes, perchés sur des coquetiers, sclapés en bonne et due forme, leur jaune sera transpercé par de longues et filiformes mouillettes croustillantes, ce qui provoquera à coup sur une éruption jaune et blanche doublée de la bande son suivante :

"Mamaaaaaaaaaaan! ça débooooooooorde!"

Une fois la partie liquide épongée, il restera le blanc, tapissant les paroies fragiles du feu oeuf, ils sera alors gratté à coup de petites cuillères plus ou moins délicatement et sera alors sonorement doublé de la sorte:

"Mamaaaaaaaaaaaaaaan! j'aime pas le blaaaaaaanc ya des coquilles qui croquent dedaaaaaaaans!!!"

Une fois le tri blanc/coquille effectué, il ne restera alors qu'une coquille frêle, fine et légère...
qui sera alors sauvagement broyée par quatre petites mimines de 2 ans et demi et 4 ans et demi!

Leur histoire s'achèvera donc sur un tas de composte destiné à fertiliser les fameux choux du jardin.

"Qui de la poule ou de l'oeuf ?"

Nous aurions tout aussi bien pu commencer par la poule...

Les voici en plein repas, sauvages et brutales, elles ne pensent, si tant est qu'elles pensent, qu'à remplir leur jabot de ces graines valeureusement mais très très prudement lancées par des mimines de 4 ans et demi.

"Tu sais Maman, ben j'ai plus peur des poules..."
ça c'est le renfrain sur le chemin du retour...chaque ouverture de poulailler est une petit victoire!

Le tour des galinacées est achevén passons aux grandes oreilles maintenant.

J'en parle aujourd'hui à titre posthume, puisque juste après notre départ, leur maître aura abrégé leur vie de lapin captif afin de leur permettre des retrouvailles pas très chaleureuses avec leurs anciens camarades de cellule dans le congélateur familial.

Certains se demandent encore d'où me vient cette aversion pour la viande? Essayez de manger votre chat ou votre chien, vous verrez que ce n'est pas si facile que ça!




Enfin voici la feu petite boule de poils qui essayait de me bouffer la bottine!... notez que je ne suis pas rancunière, car je pourrais très bien le gouter lors de nos prochaines vacances!

Et nous terminerons par ces chères biquettes (la "biquette" est une chèvre, je précise pour ceux qui comme une chère amie la confondrait avec la brebis, femelle du mouton...)


Ces deux terreurs à cornes appatiennent aux propriétaires des quatre mimines de tout à l'heure, elles leur font des calins très "particuliers" avec leur corne, et les flanquent parterre une fois sur deux:

"Mamaaaaaaaaaaaaaan! Cannelle elle m'a fait tombeeeeeeeeeer!"

en langage 2 ans et demi ça donne :

"Mamaaaaaaaaaaaaaan! Peuuuuuuuuuuuuur!"

Alors c'est très sympa comme bestiole mais ça bouffe tout, ça ne pense qu'à bouffer et ça ne se bouffe pas!

L'année dernière nous avons assisté à un valeureux combat entre Sissi et Cannelle d'une part, et un fox terrier de chasseur d'autre part...

Ce coup ci c'est le chasseur et son chien qui ont failli finir dans le congélateur....



enfin voici ces deux tendres et brutales bestioles, qui ont failli me delester d'une main laissée trop proche du grillage!!!

Le tour est fait...

"Qui de l'oeuf ou de la poule?" j'attends vos hypothèses!





7 commentaires:

BICHONNADE a dit…

fouyouyou, y en a du monde sur ton blog.....je suis un peu déçue, tu ne parles pas des éméphères dans ton récapitulatif sur la faune clamecycoise...mais sinon digne d'une YAB ou d'un Nicolas hulot, si si.....et puis les 4 mimines sont très réalistes,surtout les commentaires ... vivement qu'elles apparaissent en toutes petites marionnettes aussi....pour ce qui est du débat oeufs poules, ça vole trop haut pour moi, je décroche....bonne nuité les gERVAIS

Virginie a dit…

Bichonnade, tu auras toujours ta place réservée dans mon blog!

Anonyme a dit…

le problème dans la théorie de l'oeuf et de la poule c'est la coquille, parce qu'on peut imaginer l'oeuf devenant poule mais personne ne parle de la coquille. J'aimerais bien qu'on aborde ce sujet.

j'attends ta réponse et je compte sur ta réactivité

Virginie a dit…

La coquille, sans minimiser son importance n'est que l'enveloppe du contenant dans le cas de l'oeuf, et l'enveloppe du contenu dans le cas de la poule.
Cette frêle enveloppe calcaire n'est qu'un intermédiaire...
Mais certe, elle est l'objet à l'intérieur duquel tout se passe dans le cas de l'oeuf, un peut comme une mère poule mobile détachée de son embryon, mais toute fois qui n'aboutierait à rien sans l'intervention de la mère couveuse...
Donc, la coquille et son contenant sans poule n'est plus qu'enveloppe calcaire brisée par tout prédateur.

Mais je me noye un peu...donne moi ton point de vue utilisateur anonyme...

Anonyme a dit…

je n'ai rien compris
en plus je nai pas de point et encore moi de vue

Gilbert Montagné

une poule pas comme les autres a dit…

Chez nous les poules montent aux arbres, elles ont dû s'adapter à un environnement très hostile : les bergers tahitiens (mi-basset mi-berger allemand) qui rôdent en meutes agressives prêtes à dévorer tout ce qui passe... Y compris les restes d'oeufs à la coque sauvagement broyés par les mimines incontrôlées de jeunes enfants... Heuuu bref, je reviendrais sans doute sur la précarité des poules tahitiennes un peu plus tard...

Virginie a dit…

Merci amie tahitienne.
Tu viens de lancer un vrai sujet, hélas pas assez souvent au coeur de l'actualité, le sort de la poule tahitienne!
En leur nom je te remercie.
Donc il n'est pas rare, si j'ai bien compris, de se prendre en plus des déjéctions des mouches pisseuses, des déjections de poules crotteuses?
Mais au fait où pondent elles?
Au ras du sol dans quelques fourrés, ou dans les arbres?