29 octobre 2006

Départ en vacances...

Pour toute personne normalement constituée, départ en vacances est synonyme de zen, farniente, repos...
Sauf! pour la personne attitrée à l'élaboration des bagages...

Pour elle (le "elle"s'accorde ici avec le mot personne, mais vous conviendrez qu'il s'accorde aussi au sexe du préposé aux bagages), départ en vacances est synonyme de radotage intellectuel, nécessaire croît-on à n'omettre aucun accessoire vital à la survie de notre famille...

"il ne faut pas que j'oublie de prendre les bottes en caoutchoucs pour aller dehors, et puis les couches, car quand on arrivera les magasins seront fermés, ce serait CATASTROPHIQUE*!..."

On se dit aussi très souvent, ça c'est pour les personnes qui aimeraient être organisées, je devrais faire une
LISTE, mais on se dit aussi, pour quelques jours chez les grands parents, est ce vraiment bien nécéssaire de faire une liste, je devrais pouvoir compter sur ma mémoire sinon qu'est ce que ça sera dans 20 ans...

Donc on préfère y penser toute la journée de la veille, la nuit, où on n'hésite pas juste avant de dormir à refaire le tour de tout ce à quoi on avait déjà pensé l'après midi, un petit récapitulatif ne peut pas nous faire de mal et c'est bien connu c'est le soir qu'on retient le mieux ses leçons.

Le lendemain, la mère de famille (puisque c'est bien elle dont il s'agit, vous l'aurez sans doute reconnue) pas très bien organisée, mais tout de mê
me"correcte", pour employer l'expression d'une maman de mon entourage (un petit bonjour à Emmanuelle!), attends le dernier moment, soit le soir, pour songer à préparer les bagages, puisqu'elle aura passé l'après midi à faire les dernières lessives, ranger sa maison( histoire que ce ne soit pas trop le bordel en rentrant), s'enerver après les gosses, s'engueuler avec son mari, en ayant l'impression que de toutes les façons personne ne peut la comprendre et mesurer l'ampleur de la tâche qu'il lui incombe et qui se résume en quelques mots:
"NE RIEN OUBLIER!"





Le moment fatidique arrive, tout mettre dans les sacs...
Deux options se présentent...
Soit on met les affaires au fur et à mesure dans le sac, afin d'avoir l'impression d'être productive,
soit on fait des piles, de nombreuses piles où tous les vêtements et objets doivent être à l'appel sous peine de ne jamais pouvoir entâmer l'ensacage*!(
*dictionnaire niniegéemien).

Personnelement, tout dépend de mon humeur, soit de mon degré d'exécrabilité.


Enfin, on range dans les sacs, dabord soigneusement, puis n'importe comment car les dénommés chaussettes, slips, soutifs trouvent rarement une place qui leur conviennent...

Et là, on pourraît se dire, c'est fini...
Mais non, car il y a toutes les petites choses de dernières minutes, que malheureusement on ne peut pas prendre avant le départ...les enfants et leurs doudous par exemple!

Et puis enfin on est parti, et là on pourrait croîre que la pression va redescendre, que les nerfs vont se relâcher, mais NON!

Car les petites phrases de "il"(car c'est maintenant qu'"il" intervient, sauf pour celles qui ont tiré le bon numéro et qu'"il" s'occupe de préparer ses propres affaires, mais en reprochant tout de même à "elle" de ne pas avoir pensé à prendre les affaires qu'"il" a oublié) telles que :

"Tu as besoin de tout ça pour QUATRE JOUR!"
"Je n'aurai jamais du acheter un breack, tu aurais bien été obligé de prendre moins d'affaires"
"Quatre jours, ça fait deux slips, deux paires de chaussettes, un pantalon, un pull et deux t-shirts..."
"La prochaine fois c'est toi qui portera les bagages..."

rendent la mère de famille encore plus exécrable...

Et de toutes les façons pendant les trajets, on se doit de repenser à tout ce qu'on a pris, pour essayer de débusquer la CHOSE importante qu'on est sûre d'avoir oubliée!

Bonnes vacances!

* Lors de notre dernier weekend, j'AI oublié les couches de Camille, j'ai du lui confectionner pour dormir, une couche monstrueuse à base de serviette higyènique, de serviette de toilette, et de plastique pour assurer l'étanchéité...peine perdue, fuite en pleine nuit, hurlements de détresse...un conseil, n'oubliez pas les couches....







6 commentaires:

Anonyme a dit…

je me demande vraiment avec qui tu vis? mais vu que tous tes amis sont eux aussi très imaginatifs ils se doutent très bien que tu inventes...

Sinon, au lieu de faire tout ce cirque sur le web, tu ferais bien de terminer les sacs (le tien et celui des enfants, car pour ce qui concerne mes affaires, j'ai plutot tendance à assumer seul, contrairement à d'autre).

je te souhaite quand même une bonne nuit, et à l'occasion (quand l'ordi aura planté) passe me voir, on pourra discuter, ça fait longrtemps qu'on ne s'est pas vu...

Anonyme a dit…

j'ai failli stresser en lisant le message dit donc !
ah je vois qu'on règle ses comptes sur le web maintenant, voilà ce que c'est la vie de couple "webinisée", bon ben tout de même "bonnes vacances" au vert et sans ordi !!!
et un petit bonjour à Clamecy en passant!

Virginie a dit…

Alors le bonjour à Clamecy c'est de la part d'anonyme qu'il faut le dire?

Virginie a dit…

AU FAIT! je suis à Auxerre, et à première vue ce sont les chaussons qu j'ai oublié!
Et comme c'est par les pieds que le mal entre, si si, demandez aux anciens,
je ramenerai deux petits morveux à Paris!

quelqu'un qui se la coule douce au soleil a dit…

Ah ben tu peux envoyer le bonjour à Auxerre aussi et à Jacam tient !
et puis bonne balade en girafe sous l'été indien :
heuuu un petit manque d'exotisme ???? Revenez voir le cinéaqua en direct dans les lagons bleus du pacifique !

Virginie a dit…

Quelques indices me laissent deviner qui tu es!!! Quelquunquiselacouledouceausoleil!
Bon ne me fais pas déprimer s'il te plait...on se pelle, et les poissons de Tahiti, je crois que je ne suis pas prête de les revoir à Tahiti! J'espère juste qu'on pourra venir vous voir avant que nos enfants respectifs soient mariés!
C'est rigolo, même quand tu écris on sent le petit accent clamecycois qui n'est pas loin!
hahahhaha! Ha moins que ce soit du tahitien?
Nana!